Hébergement solidaire : FAQ


Tout ce qu'il faut savoir sur l'hébergement solidaire.

Hébergement solidaire

EN SAVOIR PLUS

Devenir hébergeur solidaire

J'ouvre ma porte

Comment s'engager

Je m'inscris

Qui est mineur non accompagné ?

Tout jeune ayant moins de 18 ans et n’ayant pas de représentant légal en France est considéré comme Mineur non accompagné (MNA), peu importe sa nationalité.

La France a l’obligation de protéger ces mineurs jusqu’à leur majorité, même s’ils ne déposent pas de demande d’asile. L’absence de protection pour ces mineurs particulièrement vulnérables constitue une atteinte grave à la Convention internationale des droits de l’enfant.

Ça veut dire quoi concrètement être hébergeur dans le programme « Accueillons » (Utopia 56) et MSF ?

C’est s’engager à travers une convention tripartite entre l’hébergeur, « Accueillons » (Utopia 56) et le jeune hébergé, dans laquelle les responsabilités de chacun sont indiquées. Le personnel d’« Accueillons » (Utopia 56) s’assure qu’elles soient bien comprises et respectées par toutes les parties.

Le citoyen hébergeur s’engage personnellement à fournir au mineur non accompagné la restauration et l’hébergement destinés à assurer des conditions de vie dignes et décentes à ce dernier, sans aucune contrepartie directe ou indirecte, quelle qu’elle soit.

© Antoine Kremer/MSF
© Antoine Kremer/MSF

Je n’habite pas en région Occitanie, qu’est-ce que je peux faire ?

Pour le moment le programme MSF et « Accueillons » (Utopia 56) concerne uniquement la région Occitanie.

Si vous souhaitez vous impliquer dans l’hébergement solidaire dans votre région, vous pouvez contacter Utopia 56 : hebergementcitoyen@utopia56.com.

Vous pouvez aussi consulter les différentes initiatives citoyennes près de chez vous : sursaut-citoyen.org

Est-ce légal d’héberger un mineur non accompagné ?

Il est tout à fait légal d’héberger un jeune qui a entamé un recours de reconnaissance de minorité auprès du juge pour enfants jusqu’au terme de sa décision.

Dans le cas où la décision du juge est positive, le jeune sortira du dispositif d’hébergement solidaire de MSF et « Accueillons » (Utopia 56) pour être placé sous la responsabilité de l’Aide sociale à l’enfance. Dans le cas où le recours du jeune est rejeté et qu’il est reconnu adulte, il sera alors orienté vers les structures pour adultes.

Je souhaite héberger un jeune mais je travaille, qu’est–ce qu’il va faire de la journée ?

MSF et « Accueillons » (Utopia 56) travaillent avec des réseaux d’associations et des collectifs pour permettre au jeune d’avoir accès notamment à des activités culturelles, sportives, éducatives. L’hébergeur sera soutenu par ce réseau par l’intermédiaire du coordinateur hébergement de sa zone. Ce coordinateur est en charge de mettre en relation les associations et les hébergeurs, et toutes les propositions venant des hébergeurs eux-mêmes sont les bienvenues !

Vous pouvez aussi vous renseigner sur : sursaut-citoyen.org

Est-ce que MSF et « Accueillons » (Utopia 56) vont m’aider financièrement pour prendre en charge ce jeune ?

L’hébergeur s’engage à fournir au mineur non accompagné la restauration et l’hébergement sans contrepartie aucune ou indirecte quelle qu’elle soit. Aucune rétribution ne sera fournie par MSF et « Accueillons » (Utopia 56).

© Antoine Kremer/MSF
© Antoine Kremer/MSF

Pourquoi ces jeunes ont besoin d’aide ?

Aujourd’hui, ce sont des milliers de mineurs qui vivent à la rue en France après un parcours migratoire souvent chaotique. La plupart ne sont pas pris en charge par les services de l’État alors qu’ils devraient bénéficier d’une protection inconditionnelle au titre de l’enfance en danger.

Ce sont des rescapés qui ont survécu aux multiples dangers rencontrés pendant leur périple, rendu de plus en plus complexe et violent par les politiques actuelles qui misent sur le refoulement et la dissuasion des migrations jugées indésirables à tout prix.

Devenir hébergeur solidaire

J'ouvre ma porte

Sans famille, ils trouvent en France un environnement hostile qui accroît leur isolement : opacité et labyrinthe administratif, manque de structures d’accueil, harcèlement policier.

Pour être reconnus comme mineurs non accompagnés par l’État français, ils doivent prouver leur âge et leur situation. Pour des raisons souvent questionnables, certains se voient refuser cette reconnaissance. Ils peuvent alors déposer un recours auprès du juge des enfants. Mais entre la date de début de cette procédure et le passage devant le juge il peut s’écouler entre 1 à 14 mois ; les jeunes se retrouvent alors dans un « vide juridique ».

Ils ne sont considérés ni comme adulte ni comme mineur et n’ont accès à aucune des structures prévues pour ces deux publics. Ils ne reçoivent aucune aide et survivent dans une situation d’extrême précarité qui se répercute sur leur état de santé physique et mentale.

Comment s'engager

Je m'inscris

Face à cette situation, il est nécessaire qu’une mise à l’abri systématique dans des conditions dignes et sécurisantes soit mise en place en France ainsi qu’un accompagnement et une protection de ces jeunes, quelle que soit leur situation administrative. Mais en attendant que l’État prenne ses responsabilités, ce sont les citoyens qui se mobilisent de plus en plus pour offrir un répit et une mise à l’abri à ces jeunes en situation de grande précarité. 

Héberger, c’est permettre à ces jeunes de ne pas se retrouver à la rue et leur proposer un environnement sécurisant et serein. C’est aussi une aventure humaine et un engagement concret qui leur permettra d’évoluer dans un milieu rassurant et stable.

© Antoine Kremer/MSF
© Antoine Kremer/MSF

Pour combien de temps je peux héberger un jeune ?

Le temps d’hébergement est temporaire, jusqu’au placement du jeune sous la responsabilité de l’Aide sociale à l’enfance ou non.

À ce moment-là, dans les deux cas, le jeune sortira du programme d’hébergement solidaire MSF et « Accueillons » (Utopia 56). Sauf cas particuliers, l’hébergement sera de minimum 1 mois. En moyenne, chaque mineur sera accueilli par trois hébergeurs pendant la durée de son recours.

Comment faire si je n’ai pas les mêmes convictions (morales, religieuses, autres) que le jeune que j’héberge ?

Dans la convention qui est signée entre l’hébergeur, l’association « Accueillons » (Utopia 56) et le jeune, il est bien spécifié que chaque partie doit respecter les convictions morales ou religieuses, ainsi que le mode de vie de l’autre. Le coordinateur hébergement de la zone soutiendra les familles et le jeune pour les aider à s’adapter au mieux. La diversité des échanges et le partage des connaissances et des expériences font de l’hébergement un engagement riche que ce soit pour les familles ou pour les jeunes.

Je ne parle que français, est-ce un problème ?

Non, pas du tout ! Il existe de nombreuses manières de se faire comprendre d’une personne qui ne parle pas notre langue : les signes, les images, les gestes etc. De plus, de nombreux jeunes souhaitent apprendre le français, c’est donc une très bonne occasion pour eux. Le partage est au centre de ce programme et la langue en est l’un des piliers. N’hésitez pas à contacter le coordinateur hébergement de votre zone pour connaître les différents cours de français à disposition des jeunes pour les aider dans leur apprentissage.

 

© Antoine Kremer/MSF

Si j’ai un problème avec le jeune, que dois-je faire ?

Le cas échéant, il faudra contacter le coordinateur hébergement de votre zone pour en discuter avec lui et prendre les dispositions nécessaires.

S’il y a un problème médical, à qui dois-je m’adresser ?

En cas d’urgence, il faut emmener le jeune vers la Permanence d’accès aux soins de santé (PASS) la plus proche et informer ensuite le coordinateur hébergement de votre zone. S’il ne s’agit pas d’une urgence, il vous appartient de solliciter votre réseau pour trouver un médecin local prêt à agir bénévolement. MSF et « Accueillons » ne financent pas les frais liés aux soins de santé du jeune.

Je ne peux plus ou ne souhaite plus héberger le jeune accueilli chez moi. Comment faire ?

Vous êtes libre de vous retirer du programme d’hébergement solidaire MSF et « Accueillons » (Utopia 56) quand vous le souhaitez. Vous devez, le cas échéant, contacter le coordinateur hébergement de votre zone qui vous accompagnera dans votre retrait du programme et se chargera de trouver un autre hébergement au jeune dans un délai de 15 jours.

Hébergement solidaire

EN SAVOIR PLUS

Devenir hébergeur solidaire

J'ouvre ma porte

Comment s'engager

Je m'inscris